Marie de Guise (1515-1560), nièce du duc de Lorraine Antoine, se trouvant veuve à 20 ans, fut approchée par les émissaires du roi d'Angleterre Henri VIII, lequel avait fait décapiter sa seconde femme et avait des vues sur Marie (il se mariera 6 fois en tout et fera décapiter  une seconde de ses épouses).

Marie, jeune femme brillante et de caractère, lui fit répondre qu'elle n'avait pas "le cou assez long" et épousera le roi d'Ecosse, Jacques V.

Leur fille, Marie Stuart, reine de France pendant à peine plus d'un an, le roi François II, son mari, décédant rapidement, prétendit au trône d'Angleterre et sera à son tour... décapitée par sa rivale, Elisabeth d'Angleterre.

Quand le sex-appeal des rois fait un flop !

Leur manquaient-ils la recette d'un philtre d'amour ?

Charlotte des Essarts fut un temps une maîtresse d'Henri IV dont elle aura deux filles. Elle osa déclarer à propos de celui-ci que "sa majesté était plus vert...moulu que vert-galant" *. La médisante fut exilée pour la peine dans un couvent .

Elle eut une vie amoureuse particulièrement remplie et se mariera entre autre à François de L'Hôpital, maréchal de France et gouverneur de Lorraine, des ville et citadelle de Nancy. Ils habitèrent entre la rue St-Dizier et la rue St-Nicolas à Nancy. 

Elle fut mariée auparavant avec Louis III de Lorraine, duc de Guise, fils du célèbre "Balafré".

* expression qui désigne un homme entreprenant malgré son âge.

Basilique Saint-Epvre

Nancyphile

 la passion partagée de Nancy